Publié par : Hyacinthe | 22 septembre 2011

« À Mostar, j’ai marché sur une étoile »

On connaît tous l’histoire de Mostar, celle de son vieux pont chantée par les Ogres de Barback, mais à Mostar, ce que j’allais chercher, c’est d’abord une chambre où dormir. Une des recommandations du Petit Fûté avait particulièrement retenu mon attention…

Extrait d'une page du guide Petit Fûté BosnieAutant vous dire que je comptais fort sur ces deux soirées à Mostar pour en apprendre plus sur l’histoire de ville. Sauf qu’en arrivant chez Omer, j’apprends que lui et sa femme prévoyaient de partir à la mer pour quelques jours. Ça tombe vraiment mal, mais pour combler ma déception, ils me recommandent d’aller un peu plus loin dans la rue, où une voisine loue aussi des chambres. L’hébergement est correct, mais pour la conversation, il faudra repasser… La brave dame ne parle que très peu anglais, qu’elle mélange souvent avec des mots d’allemands, ce qui n’est pas pour me faciliter la compréhension. Néanmoins, on se débrouille.

Mostar Est

Mostar est une ville divisée en deux. Les séquelles laissées par le conflit sont aujourd’hui encore bien là. Et si parfois, les jeunes de Mostar-Est viennent du côté Ouest, c’est très rare. La plupart du temps on ne se mélange pas.

Stari Most

La principale curiosité de la ville est évidemment Stari Most, son vieux pont symbole de toute l’histoire de la ville. Du coup, j’ai évidemment profiter d’être sur place pour aller visiter un petit musée dédié à son histoire, située dans l’une de ses tours.

Kula Tara

La salle la plus haute de la tour. Attention, plafond bas.

À Mostar, il est fait mention depuis presque toujours d’un pont sur la Neretva. Au début, un simple pont de bois faisais de la ville l’endroit indispensable pour passer sur l’autre rive et ce, dans toute la vallée. Très vite, la ville devient un point clé pour les échanges marchands. Entre 1557 et 1566, sous l’influence ottomane, le fameux pont de pierre que l’on connait est construit, avec une technique révolutionnaire pour l’époque. Le pont n’est fait que d’une seule arche, malgré ses mètres de haut, et les blocs de pierre ne sont maintenus entre eux que grâce à des longs clous de métal. La suite, on la connaît, l’artillerie croate le détruira en 1993, car symbole d’une domination passée, et sa reconstruction, à l’identique, ne sera achevée qu’en 2004. Depuis, le quartier de la vieille ville et du pont est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Mostar Est

Dans la rue qui mène au pont...

Autour du pont, le quartier est éminemment touristique. Restaurants, boutiques de gadgets et de babioles à l’effigie de la ville, et quelques bars. L’un deux, en particulier, s’appelle Ali Baba, et est situé à l’intérieur d’une gigantesque grotte. Du coup, l’été, c’est un des rares endroits de la ville où la température reste convenable. Car dans le reste de la ville, il fait chaud, très chaud, trop chaud, même. Le deuxième jour, le thermomètre a atteint la barre des 40°C au plus chaud de l’après-midi, rendant la sieste quasi indispensable.

Mostar Ouest

Ruines à Mostar Ouest

Mais la ville de Mostar ne se limite pas à sa partie Est, bien qu’elle soit la plus intéressante. En passant à l’ouest, comme je l’ai fait le deuxième jour de ma visite, on constate déjà que des bâtiments sont restés dans le même état depuis la fin de la guerre. Les murs criblés d’impacts de balles sont un dur rappel de l’histoire et de la guerre civile qui a déchiré la ville (entre 1992 et 95, on releva 2000 morts et 26000 personnes s’exilèrent).

Mostar Ouest

Dans un tout autre registre, cette partie de la ville abrite aussi l’une des églises les plus moches de Bosnie (d’Europe ? Du Monde ?). Toute en béton, avec cet immense clocher qui s’élève dans le ciel, ce n’est vraiment pas de bon goût.

Mostar Ouest

Sinon, Mostar-Ouest n’a pas vraiment de centre, les boutiques sont dispersées aux quatre coins de la ville, et j’ai donc, après avoir marché quelques heures dans la ville, j’ai entrepris de rentrer vers l’Est, en tombant par hasard sur une très jolie fresque qui résume bien les dernières années à Mostar.

Mostar 2004

Le 3e jour était celui du départ vers la Croatie, et je devais pour cela prendre le même train qu’à l’aller, jusqu’à Ploče cette fois. Normalement, il passe à Mostar vers 9h30 du matin. Vous vous doutez bien que ça n’a pas été le cas… 😉

Gare de Mostar

La gare quasi-déserte de Mostar

À suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :