Publié par : Hyacinthe | 10 août 2011

Leipzig

J’ai pris un peu de retard, dû en partie à l’absence de connexion internet dans l’auberge ou je suis à Dresde. Rattrapons-le avec aujourd’hui la ville de Leipzig où j’ai fait halte lundi.

Après trois jour passés à Berlin, j’entame cette semaine en reprenant la route (ou plutôt les rails) en direction du sud. Je m’arrête donc à Leipzig Hauptbahnhof, gare d’une taille conséquente et pour cause, il s’agit de la plus grande gare en terminus d’Europe. Bon, en dehors de l’aspect anecdotique de la chose, on retiendra surtout que c’est une grande gare, et que ses casiers à bagages coûtent la modique somme de 2,50 € mais n’acceptent pas les pièces de deux euros. Pratique.

La Gare Centrale de Leipzig

La Gare Centrale de Leipzig

Ce fut donc ma première attraction de la journée, car bien que mon porte-monnaie ressemble actuellement à un coffre de banque (la faute à ces allemands qui refusent presque partout la carte de crédit), j’avais toutes les pièces de la gamme SAUF des pièces de 1 euro. Su-per.

Après avoir embêté un barman pour avoir de la monnaie, me voici donc en direction de l’office de tourisme de Leipzig… qui a déménagé. Décidemment, cette année, la Saint Hyacinthe arrive avec de l’avance ! 😉

Tant bien que mal, me voici donc en possession d’un plan de la ville, et d’un itinéraire touristique qui commence par l’Altes Rathaus (l’ancien hôtel de ville) qui est très joli. Construit pendant la Renaissance Allemande (en 1556-57), une inscription en latin fait le tour du bâtiment, c’est d’ailleurs la plus longue d’Allemagne ! Sur la photo, on voit plein de tables, c’est que Leipzig accueillait un festival en plein air et sur la place du marché, devant la scène, on pouvait manger.

Altes Rathaus

Altes Rathaus

Leipziger Thomaskirche

Leipziger Thomaskirche

Continuons la visite en nous dirigeant vers la Thomaskirche (l’église Saint-Thomas), haut-lieu de la musique sacrée où Wagner fût baptisé et Bach, maître de chapelle. C’est d’ailleurs ici que reposent ses restes et très une très belle statue honore sa mémoire sur la place de l’église.

Leipzig est donc une ville de musique, par son histoire, mais aussi par sa vie quotidienne. Devant, la Thomaskirche, justement, un quintet se produisait et de manière générale dans les rues de la ville, de nombreux musiciens jouent (et plutôt bien, contrairement ce qu’on peut bien souvent entendre dans les métros parisiens).

En face de cette église se trouve le musée Bach, consacré au compositeur, mais il était fermé pour cause de Lundi (je vous l’avais dit, c’est ma journée).

Qu’à cela ne tienne, je continue mon tour et tombe sur le Neues Rathaus (l’hôtel de ville nouveau). Il a été construit en 1905, à l’emplacement d’un ancien château, et à l’instar de celui de Berlin, a de la gueule. Franchement, je verrais bien la même chose dans le bourg du Fuilet, à la place de notre mairie, ça serait cool. Ah j’oubliais l’anecdote : la tour de l’hôtel de ville mesure 117m. Voilà.

Leipzig - Neues Rathaus (2008)

Neues Rathaus

Je m’égard ensuite un peu du centre-ville et tombe nez-à-nez avec un bâtiment encore plus imposant, à la fois par sa taille et sa dénomination : le Bundesverwaltungsgericht (je n’invente rien !). Alors là, sérieusement, je veux bien essayer de faire des efforts avec la langue germanique, mais il ne faudrait quand même pas me décourager ! J’apprendrais plus tard qu’il s’agit de la cour administrative fédérale (d’où le « Bundes » au début du mot, j’imagine).

Bundesverwaltungsgericht (Deutschland)

Bundesverwaltungsgericht

Retournons alors au cœur de la ville, là où les noms de bâtiments sont, soit simples, soit traduits en anglais. Sur l’Augustusplatz (qu’est-ce que je disais !), sévèrement bombardée pendant la guerre, les bâtiments baroques ont été remplacés par d’autres à l’allure plus communiste (n’oublions pas que nous sommes en ex-Allemagne de l’Est) : l’opéra, la Gewandhaus (maison des concerts) et la tour de la tour de la radio MDR (anciennement « Tour de l’Université Communiste »). Le reste du centre est aussi très sympa, mais comme la batterie de mon appareil photo était alors déchargée, il faudrait venir voir vous-mêmes (où me croire sur parole).

Leipzig Oper

Leipzig Oper

Après quoi je dégustai un double Whopper chez l’ami Burger King, avant de reprendre le train pour gagner Dresden, une nouvel étape dans mon voyage qui elle aussi réserve son lot de surprises. Mais je ne vous en dis pas plus, savourez les photos, l’article arrivera très vite.

À bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :